Passer au menu Passer au contenu

Vous êtes sur le site Estrie, mais nous vous avons localisé dans la région : ###detected_region###

Congrès général de préoccupations

Publié le 14 décembre 2022 - Écrit par Michel Brien

Catégorie :

  • Estrie
  • Mots du président
  • Textes d’opinion
  • Citoyen/Citoyenne
  • Producteur/Productrice

Éditorial paru dans le bulletin Solidarité agricole de décembre 2022

Sans grande surprise, les principales préoccupations qui ont été exprimées au congrès général de l’Union sont liées à la hausse du coût des intrants et des taux d’intérêt ainsi qu’à la protection difficile des terres agricoles.

Pour aider la production, on demande aux gouvernements de prévoir des mesures spéciales afin que les entreprises agricoles puissent passer au travers de cette période difficile.

Puis, afin de mieux protéger les terres agricoles, on demande aux gouvernements et aux municipalités d’implanter le principe de « zéro perte nette ». Ce principe, invoqué par le gouvernement du Québec quand il s’agit de protéger les milieux humides, devrait aussi être appliqué à la protection des terres agricoles considérant leur rareté relative (2 %) comparativement aux milieux humides et hydriques (12 %).

Pour y arriver, Québec doit aussi respecter les principes d’aménagement cohérents et durables établis dans sa Politique nationale de l’architecture et de l’aménagement du territoire. Le tout doit se faire dans une perspective obligatoire de consolidation et de densification des périmètres urbains et de saine gestion de l’urbanisation.

Depuis quelque temps, les municipalités ou les promoteurs justifient leurs demandes en zone agricole par le fait que les autres terrains sont trop chers ou pas à vendre. Il arrive que la CPTAQ les accepte. Ces justifications ne devraient pourtant jamais être retenues. Nous n’avons plus le luxe de gaspiller les terres agricoles. Lorsqu’on constate que 54 % des terres agricoles de l’Estrie sont vendues à des non-agriculteurs, on comprend pourquoi la relève agricole peine à y avoir accès.

Épandages de matières résiduelles fertilisantes (MRF)

Depuis 2011, l’UPA-Estrie déconseille l’épandage des MRF en sols agricoles en s’appuyant sur le principe de précaution. Les récents reportages nous auront donné raison. (Voir p. 9)

Je termine l’année en saluant le travail et le courage de Diane Lacroix qui nous quitte pour une agréable retraite. Plusieurs producteurs et productrices qu’elle a côtoyés en 38 ans de carrière à l’Union seraient d’accord pour dire qu’au-delà de son rôle de directrice régionale, c’est une amie sincère qui s’éloigne de nous. Le milieu agricole est certainement tatoué sur son cœur. Merci Diane.

En cette période de réjouissances, je vous souhaite de profiter d’un peu de repos et de beaucoup de joie partagée.

Michel Brien,
Producteur de lait et de foin de commerce à Racine
Président de la Fédération de l'UPA-Estrie 

Nouvelle récente

  • Image par défaut

    Oser d’abord, s’allier ensuite

    Saviez-vous qu’en Estrie il y a 29 % de productrices? Pourtant, elles ne représentent que 19 % des membres des conseils d’administration au sein de l’Union. Heureusement, l’écart tend à diminuer au fil des ans. Ce qui pour moi favorise le dynamisme de l’organisation.

    En savoir plus
Voir toutes les nouvelles